« La parole est moitié à celui qui parle, 

   moitié à celui qui écoute. »

Michel de Montaigne

(Essais. De l'expérience)

 
2015-12-09-Roman-Drits-003.heic

Une Séance Psy, c'est se donner la liberté de parler librement, sans censure, ni contrainte, d'évacuer ce sentiment d'angoisse qui vous happe par la parole.

Grâce à la consultation en ligne, vous pouvez plus aisément donner libre cours à vos pensées en toute discrétion, en bénéficiant  d'une écoute bienveillante qui ne soit ni dans le jugement, ni dans les a priori.

 
  • Première séance d'échanges et de dialogue en ligne ou par téléphone …

  • La liberté de parler librement, un chemin intime à travers la parole

    €35
  • De l’écoute et de la place pour chacun dans la famille

    €60
  • Une place pour exister…se "re-connaître", afin de pouvoir construire

    €35
  • Imaginer une relation de couple qui soutienne le lien existant encore

    €60
  • Construire une identité possible qui ne soit pas une assignation

    €35
  • Reprendre le fil de sa vie de son histoire par l'écriture et l'analyse

    €35
  • €75
 
Capture d’écran 2020-09-12 à 18.15.20.pn

Il faut être deux pour faire une vérité

Eprouver le besoin d’aller au bout du désir plus ou moins enfoui de devenir l’historien de sa propre histoire pour soi ou les siens; de fouiller, d’enquêter pour poursuivre

A  partir d’un questionnement sur un mal-être, révéler des processus qui nous animent.

on peut dans un premier temps souhaiter s'attacher à faire disparaître un certain nombre de symptômes, mais  l’analyste va surtout permettre à  l’analysant  d’explorer son inconscient et résoudre les conflits, en remontant le fil des situations traversées:  

accidents de la vie, dépendances sociales, affectives, addictions, comportements à risques ou répétition de « scénarios de vie ». 

De l'enfance, aux événements traversés, des sentiments enfouis,  aux conditionnements de son existence…Tout ce que l’on n’arrive pas si facilement à « présenter » ou se « représenter ».


« C’est un travail en profondeur sur soi-même, guérir d'une souffrance profonde en faisant un travail très poussé sur soi - même qui fait remonter loin dans ses souvenirs. Ce qui fonde la démarche psychanalytique ce sont les événements refoulés qui forment le contenu de  notre inconscient. »
   

 
Therapy Office

Types de consultations


 

La Première Consultation  


Définir avec vous ce qui vous correspond le mieux…

L’objet de cette première rencontre, véritable échange préliminaire, c'est de définir le rythme des séances, de sentir les manières qui vous mettent à l’aise pendant la consultation, mais également que vous puissiez me poser toutes les questions, même celles qui vous paraissent les plus déplacées… évoquer également avec vous cette période sanitaire compliquée, qui favorise l'isolement et fragilise les situations…


un article de Doctissimo sur la Séance En Ligne sur le Blog  Thérapie en ligne : comment ça marche ?

Si vous n'osez pas franchir le pas de la consultation en cabinet pour vous , un(e) conjoint(e) ou un membre de votre entourage, la séance en ligne est un bon moyen de débuter un suivi…


Si vous souhaitez réserver pour une  première consultation en ligne ou par téléphone gratuite

Consultation individuelle

La séance d’analyse « classique », même s’il ne se produit jamais rien de classique lors d’une analyse…

La force de la parole qui émerge…comme le dit si bien Ana-Maria Rizzuto, psychanalyste argentine, l’analyse est la deuxième occasion dans une vie où une personne essaye de façon renouvelée de se confronter à  ses expériences vécues, ses besoins, ses déceptions et ses désirs, en les nommant, en les décrivant et en les interprétant par sa parole.

Vous trouverez sur le site les éléments qui vous permettent de vous faire une idée sur la dynamique et  le rôle de la séance d'analyse, mais n'hésitez pas à me contacter…

Sur le Blog   24 questions sur la psychanalyse

Un moyen de tester et de  franchir le pas en évitant la visite en cabinet de consultation

Si vous souhaitez réserver pour une première consultation en ligne gratuite

Consultation du couple

Chaque membre d’un couple est porteur d’une histoire particulière, avec une « culture », des habitudes, des « rituels » qui lui sont propres…

Comment faciliter le dialogue, comment faire émerger les demandes et les attentes de chacun, en interaction et en dialogue au cours de la séance, imaginer une relation de couple qui soutienne le lien existant encore entre deux êtres et non le détruise.


Sur le Blog  Renouer le dialogue quand le couple est en crise 

ainsi que la série  En immersion dans l'intimité de couples en thérapie

Si vous souhaitez réservez pour une première consultation en ligne gratuite

Consultation familiale

une thérapie qui nous invite à comprendre ce qui se joue dans la relation humaine à l’intérieur de la famille

La place et du rôle de chacun : parent/enfants, parents entre eux, frères, soeurs,  et au-delà du cercle restreint; grands-parents, beaux-parents … de l’écoute et de la place de chacun, de sa reconnaissance, de l’ « écriture propre à chacun,de son histoire familiale » et du dialogue entre ces différents récits, qu’il faut rendre audibles à tous, peut rendre l’estime de son rôle dans la cellule familiale.

Sur le Blog   A quoi sert une thérapie familiale ?

Si vous souhaitez réserver pour une première consultation en ligne gratuite

Consultation adolescent(e)

L’adolescent(e) un être en construction entre deux monde, celui de « l’enfance abandonnée » pour celui du monde des adultes perçu souvent comme caricatural, hypocrite ou injuste…

Durant les séances de thérapie, nous travaillerons en lien avec les parents, à cerner les problèmes rencontrés par le(a) jeune adolescent(e), les murs d'incompréhension face auxquels il l'a l'impression de se trouver… travail également sur les symptômes que sont les comportements addictifs ou de renoncement, de découragement…

La séance d'analyse est pour l'adolescent une place pour exister…se "re-connaître", s'identifier afin de pouvoir construire sa propre identité…

Sur le Blog "En Thérapie avec Les Adolescent(e)s"

et Adolescence et psychothérapie

Un moyen d'aider votre adolescent  à accepter l'idée d'une première rencontre,  sans  l'obligation de la visite en cabinet de consultation

Si vous souhaitez réserver pour une première consultation en ligne gratuite

Consultation des « identités »

« l’identité, choix ou destin? »

Chaque analyse porte la marque de la question « qui suis-je? »… Qu’elle est la nécessité de cette identification, en quoi nous est-elle imposée? Car l’identification n’est pas l’identité! C’est un fait comme le dit  fort bien, Luis Izcovich (voir la vidéo).

 Aider l’analysant à travers son histoire et son parcours de vie à construire une identité possible qui ne soit pas une assignation imposée par la société et un enjeu majeur de l’accompagnent psychanalytique aujourd’hui, permettre le devenir de cette identité choisie…

Si vous souhaitez réserver pour une première consultation en ligne gratuite

Ecrire Sa Vie

Renouer le fil de sa propre histoire…

La pratique de l’écriture en parallèle de la séance d’analyse permet parfois de retrouver le fil de sa propre histoire, de décanter ses émotions par l’intermédiaire de l’échange épistolaire… dans un style  simple et directe grâce à la médiation du thérapeute,  se donner la possibilité dans ce dialogue respectueux de son vécu, de raturer, de prendre ce droit-là… d'écrire sa propre version de l’histoire officielle de l’enrichir dans un dialogue dans le cadre de la séance… d’ouvrir des pistes… de faire la place à un nouveau scénario pour aujourd’hui et pour demain… de renouer avec des situations vécues pour pouvoir mieux les apprécier et les dénouer par la parole… et ré-écrire son message, une lettre oubliée, une adresse à la personne ou livrer simplement son témoignage.

Car en nous, quelques soient les maux et les mots, rien on ne cesse jamais de s’écrire… 


Si vous souhaitez réserver pour une  première consultation en ligne ou par téléphone gratuite



Prendre soin

Ne faut-il pas se "porter attention" avant de pouvoir espérer des progrès, dans une culture du chiffre et du résultat instantané comme la notre ?

Peut-on instantanément guérir de l’immédiat dans l’immédiat ?

Se soigner du latin sonium: "le fait de s’occuper de…


Dans un premier temps, il faudra "dépasser l'angoisse" du problème que vous posez, pour dégager le sens profond de la situation qui vous a poussée à accomplir cette démarche.

Se libérer

Mieux comprendre son histoire, son « héritage », va  vous permettre de faire émerger ce qui vous "entrave" au-delà du symptôme qui vous inhibe ou vous enferme dans des "contraintes répétitives". Mais également dans cette période sanitaire compliquée, qui favorise l'isolement et fragilise les situations, vous apportez un soutien dans le dialogue.


Dans l'analyse même, le fait de simplement envisager la liberté de parler librement …

Évoluer

Transition de vie, crise normale des âges de cette vie depuis celle de l'adolescence, ou bien circonstances subies, comme celle du deuil, séparation, de la  maladie…  entrainent un changement de situation  qu'il est difficile d'accepter. Et puis un beau jour, parfois ce  besoin subite de "tourner la page", pour se reconstruire.

Mais pourquoi tourner la page ? Et refermer le livre précipitamment, sans se donner la possibilité de  

« re-lire »,  « relier » ce qui nous est arrivé pour réellement avancer au présent…


Écrire un autre chemin qui "part de ce noeud-là" sans rien occulter et pouvoir ainsi poursuivre son histoire…

Aimer, travailler, créer, procréer…

Nous éprouvons toutes et tous, à un moment de notre vie cette incapacité-là… cette qualité parfaitement humaine de ne pas y arriver… de « ne pas arriver », mais arriver où ? Pour "assurer" quel rôle ? Celui que l'on vient de nous donner ? Celui qu'on nous assigne depuis l'enfance ? Celui qu'on nous a mis dans la tête… ? Celui que nous idéalisons ou celui que les autres  déprécissent  … On en n'a jamais fini avec nos rôles …des rôles, il en a "toute une panoplie" !


Sortir de la "nasse" et pas forcément de la "masse", bien au-delà d'une attitude purement individualiste…

Sur le  blog: 24 questions sur la psychanalyse    "La thérapie ne doit pas être conduite par la théorie mais par la relation avec le patient"

 

Qu'attendre de votre prise de contact ?

La première séance, un accompagnement personnalisé

POURQUOI UN PREMIER RENDEZ-VOUS …

Ni examen de passage, ni test psychologique, l’objectif de ce premier contact (réservation et séance en ligne ou par téléphone) est de construire une « association » qui puisse se projeter…de repérer comment s'exprime une part de votre vie ou de vos rapports à vos proches, et de pouvoir répondre à un certain nombre de questions que vous vous posez sur la méthode, la durée de l’analyse, son coût et bien d’autres choses qui vous viennent à l’esprit… mais également dans cette période sanitaire compliquée, qui favorise l'isolement et fragilise les situations, déterminer avec vous, si vous avez besoin d'un "soutien psy" ponctuel de quelques séances .

Cette association "entre nous" peut se faire, en fonction de ces éléments… l’analyste peut vous réorienter vers une autre forme de consultation, comme vous avoir le sentiment de ne pas trouver ce que vous souhaitez. (Attention tout de même de ne pas vous enfermer dans une conception et des « désirs » faits d’a priori  … qui ne vous permettrait pas d’aller véritablement au bout d’une démarche sincère d’ouverture à votre « moi » beaucoup plus enfoui que vous l’imaginez, c’est également l’objet de cet entretien.)

Construire ce premier échange est important, comme pour une première rencontre, vous devez  éprouver  dans l’échange que nous aurons des éléments pour faciliter  l’ expression de  votre anxiété; l’anxiété de notre rencontre, autant que l’anxiété de la situation où vous vous trouvez…

« la seule question qui vaille et celle de la possibilité ou non de constituer un couple de travail analytique : est-ce que l'analyste a le désir de travailler avec le patient  et ce qu'il ressent chez ce sujet un désir complémentaire de travailler avec lui ? »

Il faut parfois plusieurs entretiens préliminaires pour en être sûr…


Pour plus de précisions, vous pouvez me contacter par mail, téléphone, ou sur le chat en bas à droite… 


Réservez pour une première consultation gratuite et sans engagement

 

"La  thérapie ne doit pas être conduite par une théorie mais par la relation avec l'analysant(e)" 

  

De la peur de ne pas « savoir » exprimer le sentiment qui vous habite… 

Parfois l’angoisse nous envahit au moment de franchir le pas.

 Comment être « soi-mème » dans la dislocation de sa propre histoire ?

La thérapie est un chemin de paroles à travers le sentiment du symptôme qu’il est nécessaire d’approfondir… esquisser « entre les mots », ce chemin qui m’a poussé un jour comme vous, à franchir le pas, de ces graines-là semées au début un peu hasard, dont je suis le fruit aujourd’hui, bien plus que de mes diplômes (Psychologie, Sciences politiques, Sociologie), ces accidents de la vie qui vous happent et vous fond entrevoir d’autres chemins… de vie… justement. Avec la grande chance d’avoir été accompagné dans ces moments-là, par les bonnes personnes, la psychanalyste clinicienne à l’institut Gustave Roussy, Nicole LANDRY-DATTEE ou la pédiatre à l’Institut hospitalier franco-britannique CATHERINE GUEGEN, , formée en haptonomie…   Quand on nous parle entre les mots, pour retrouver au-delà de la trace, un nouveau savoir « y faire » avec la marque du réel et ainsi accompagner ses enfants jusque l’âge adulte, forger une exigence et une pratique à partir de ce (re) commencement-là… et  une expérience de l'enseignement de la créativité, de l'écriture et de  la danse, qui m'ont permis  d'appréhender de la Gestalt thérapie; comment nous créons du sens et de l’existant dans l’instant présent, c’est à dire la globalité de notre corps, nos pensées et nos émotions.   Psychanalyste sur la région de Rennes et de Saint-Malo, après plus de quinze ans en cabinet à Paris…j’exerce aujourd’hui une partie de mon activité en ligne  via internet… Depuis la crise du Covid 19 qui nous touche tous, c’est un bon moyen de préparer, d’entamer une analyse, et de maintenir un lien facile et régulier, en mobilisant en tant que psychopratricien des techniques de mise en situation dans un espace donné inspirées entre autres de l’haptonomie, la sophrologie ou de la pratique de l’auto-analyse…  de mobiliser la présence corporelle dans l'analyse  et de puiser aux ressources de la thérapie  existentielle, chère à Irvin D.Yalom: "La  thérapie ne doit pas être conduite par une théorie mais par la relation avec l'analysé"

"Elle est destinée aux individus non parce qu’ils seraient malades, mais parce qu’ils existent

Les terreurs existentielles « ne sont pas l’apanage des personnes souffrant de troubles psychologiques ». « Elles participent de la condition humaine ». Par exemple, « la douleur de l’individuation », vient de la quasi inévitable affirmation de soi au cours de notre existence. La thérapie d’Irvin Yalom s’adresse donc à tous les individus conscients de leur existence, et non à ceux-là seuls qui suspecteraient un trouble maladif."

Je  suis également engagé dans le champ associatif et l’apprentissage auprès entre autres de Solidarités Urgence Psys, Psychanalyse en Mouvement, l’espace analytique, l’association pour la psychanalyse, l’atelier créativité, art et psychanalyse de la section clinique de Rennes et apporté mon soutien au manifeste pour la psychanalyse.  

Paul Guidoni, psychopratricien, psychanalyste

"CV, annuaire professionnel de référencement"

mon blog…    ICI

 
Therapy Office

« En période de covid 19, il existe un moyen simple, respectueux des consignes sanitaires… la visio-consultation ! Les séances psy à distance permettent un suivi psychologique en ces temps où l’anxiété peut s’intensifier et l’isolement déstabiliser. »

Voir son psy rapidement et de manière sécurisée et discrète, c’est possible…

Comme le confirment la pratique au quotidien… ou les articles, que vous trouverez sur mon blog. L’analyse en ligne en visio-consultation (par l’intermédiaire de l’application automatique gratuite Zoom, que vous pouvez lancer à partir de ce site même sans compte, voir la vidéo)… est efficace.  À la condition d’être bien encadrée dès le départ, y compris dans ses aspects techniques, c’est un des objectifs de la séance d’entretien préalable que je vous propose de réserver en premier… (présence à l’écran, dispositif face à face, techniques d’appréhension spécifique de votre espace, techniques de détente, concentration)  

«Ce n’est pas une thérapie au rabais. C’est une vraie psychanalyse, même si les gens ne sont pas sur un divan. Le principe de base est de laisser le patient s’exprimer. On utilise la théorie psychanalytique, le principe de libre association, l’analyste est inconditionnellement présent… En téléthérapie, les échanges sont d’une qualité similaire à celle en présentiel. L’espace psychique de la consultation est virtuel, mais non moins réel, la qualité de la parole et la potentialité de l’interprétation ne changent pas, et cette parole loin du cabinet de consultation, sans trouve paradoxalement libérée. »


C’est un bon moyen compte tenu des circonstances de notre époque et des problèmes de temps et d’organisation d’entrer en relation… sur quelques mois avant de basculer pourquoi pas sur des séances en présentiel si vous avez la possibilité de vous déplacer sur la région rennaise ou malouine.


sur le blog: Avec le Covid-19, la psychanalyse fait sa révolution 



 

Retrouver ce chemin intime à travers la parole que chacun porte en soi…

« Depuis le début de la vie, nous sommes englobés dans une matrice de parole. Le fœtus répond aux sons dès le cinquième mois.  Les mères, plus souvent que les pères prennent l’initiative de constituer leurs enfants, qui ne sont pas encore capables d’utiliser le langage, en interlocuteurs bien avant que l’enfant ne soit capable de devenir un sujet parlant. Elles pallient l’incompétence de “l’infans"  en se servant d’une action de l’enfant comme d’une sorte de réponse en dialogue, en l’accompagnant dans l’action par la parole…   Fréquemment la mère nomme à haute voix ce que veut l’enfant avant de satisfaire le besoin. Une telle attitude relie au travers de la parole maternelle, les besoins et les désirs éprouvés par l’enfant… Il résulte de cette interaction constante avec la famille que toute la structure du langage parlé devient émotionnellement signifiante. Elle se trouve ainsi prise dans une matrice complexe de significations émotionnelles, d’interactions et de messages liés à l’objet qui colorent pour chacun le sens même du fait de parler. Les mots ont une histoire émotionnelle.

L’analyse est la deuxième occasion dans une vie où une personne essaye de façon renouvelée de confirmer les expériences internes et les besoins d’un sujet en les nommant, en les décrivant et en les interprétant par sa parole. La différence c’est que l’analyste ne satisfait que le besoin de trouver sens à soi-même et à ses propres souffrances… Cependant dans les deux cas le sujet est trouvé, dans son expérience et dans ses besoins… par le biais de ses propres sensations et perceptions, les mots qui donneront sens à l’expérience subjective du patient.

La situation analytique

En enjoignant au patient de lui dire tout ce qui vient à l’esprit, l’analyste lui demande de se servir du langage comme il ne l’a jamais fait auparavant. C’est la première fois de sa vie qu’on lui demande d’utiliser son paysage intime et ses expériences subjectives comme objet exclusif de son attention et de sa communication. Ce paysage va devenir le sujet même de toute l’entreprise analytique et l’objet de l’écoute analytique de l’analyste. Un changement aussi radical dans l’usage de la parole “structure toute la relation analytique” (Laplanche et Pontalis, 1973), et crée les conditions pour transformer le moi inconnu du patient en un Je subjectif. L’analyste écoute, mais il laisse également le patient dans sa totalité par ses gestes, ses mouvements corporels, ses affects, ses réactions, lui transmettre les messages non-verbaux que l’analysé adresse en tant qu’il est acteur de ses processus conscients et inconscients. Le patient n’a jamais fait l’expérience depuis la petite enfance qu’un adulte, dont l’être tout entier se règle sur ses expériences, s’occupe de lui, avec une sorte de préoccupation “étrange », afin de s’informer de ses expériences subjectives. Cette attention exquise médiatisée par la voix de l’analyste sans support visuel crée les conditions propices…

 La tâche de l’analyste est de trouver dans les verbalisations du patient des indicateurs et des guides qui vont permettre aux deux partenaires d’articuler en une scène mentalisée de manière affectivement tolérable (une représentation privée complexe) les processus mentaux qui sont dynamiquement actifs mais ne sont pas consciemment acceptables. L’analyste est comme un détective qui cherche à reconstruire la scène subjective du « crime » dans sa forme d’origine de façon à aider le patient à articuler ces processus en une narration analytique que l’analysant accepte et qu’il possède. »

 Ana-Maria Rizzuto, psychanalyste argentine

 
Angoisse dépression
souvenirs famille
amour rencontres
adolescence avenir
renaissance vie
interpréter ses rêves
la confiance l'amour
Joie
le père
 

Avis et commentaires

Ce que disent mes patients, sans rien livrer de leurs expériences intimes, et que je remercie pour leur confiance !

« Voici mon espace réservé à la liberté de pensée. C’est l’endroit idéal pour moi, pour me confier, réserver une séance en quelques clics… pour m’installer dans mon canapé pour faire autre chose que regarder la télévision, me recentrer à partir de mon univers…. »

Pierre. 28 ans. Paris

« J’étais suivie dans le cabinet de Paul Guidoni et est basculée contrainte et forcée pendant le confinement à la consultation en ligne… et y suis restée ! Plus facile finalement de s’organiser, en fonction d’un emploi du temps changeant avec les enfants. »

Annie. 37 ans. Rennes

« Très circonspecte quand à la pratique de la séance en ligne, je me suis laissée convaincre par la possibilité d'avoir un premier rendez-vous rapidement! On arrive très facilement à faire le vide et à créer avec l'aide de Monsieur Guidoni une atmosphère chez soi,  finalement  plus  propice à la confidence. »

Caroline. 55 ans. Cesson-Sévigné

 
psychanalyse-apparait-quatre-vingts-ansl

Ce que la psychanalyse a encore à nous dire

Marginalisée par les progrès de la génétique et de la neurobiologie, concurrencée par d’autres formes de thérapie, la psychanalyse apparaît, quatre-vingts ans après la mort de Freud, fragile mais résiliente. Par-delà une mort maintes fois annoncée, elle a pénétré en profondeur la culture occidentale.



https://www.la-croix.com/Culture/Ce-psychanalyse-encore-nous-dire-2019-09-14-1201047483

  • Élodie Maurot, 

  • le 14/09/2019

Il y a quatre-vingts ans, le 23 septembre 1939, l’avis de décès de Freud était publié au Royaume-Uni, où il vivait en exil. Si l’homme ne meurt jamais qu’une fois, la mort de la psychanalyse aura, elle, été plusieurs fois annoncée. En France, depuis une quinzaine d’années, les critiques et attaques nourries à son encontre ont fortement entamé le capital intellectuel et institutionnel accumulé durant l’âge d’or de la psychanalyse, entre 1960 et 1985.

Concurrence des ­neurosciences et des traitements médicamenteux, mise en avant de la part relative à la génétique dans certaines pathologies, succès des thérapies courtes, cognitives et comportementales, de la méditation, de l’hypnose… La théorie comme la pratique psychanalytique ont été questionnées, voire contestées, installant le trouble sur ce qu’il est possible d’en attendre dans l’esprit du grand public.

La « révolution » freudienne

Le diagnostic d’une crise de la psychanalyse, maintes fois rabâché, est devenu un lieu commun, mais il pourrait être, pour une part, un trompe-l’œil. « La psychanalyse est en crise, c’est une évidence, mais en même temps cette crise est la preuve de sa victoire la plus éclatante », analyse, à rebrousse-poil du discours ambiant, la sociologue Eva Illouz. « On pourrait faire un parallèle avec le christianisme du XIIIe siècle, qui voit émerger un nombre considérable de dissidences parce qu’il a triomphé, poursuit-elle. De même, les différentes approches du psychisme, qui paraissent aujourd’hui irréconciliables, partagent en fait des éléments sur le plan structurel qui ont été inventés par la psychanalyse et signent son énorme succès. »

Pour la sociologue, la psychanalyse a légué deux héritages fondamentaux : « D’abord, elle a médicalisé la psyché qui n’est plus approchée en termes religieux ni moraux, mais en termes de santé et de mal-fonctionnement. Ensuite, elle a réussi à promouvoir l’idée d’un perfectionnement du comportement, des pensées et des structures émotionnelles, envisagé non seulement comme possible, mais souhaitable. »

La crise de la psychanalyse masquerait ainsi la façon dont l’œuvre de Freud a imprégné en profondeur notre vision de l’homme et de la société. « L’enfant, la sexualité, la destructivité, l’œuvre d’art, la religion, la psychologie des masses, sans parler de la psychopathologie, ne sont pas les mêmes avant Freud et après lui », souligne Jacques André, psychanalyste, professeur émérite de psychopathologie à l’université Paris-Diderot.

Révolution ? Le mot, un peu usé, ne lui semble pas exagéré. « La pensée freudienne a bien révolutionné quelques-uns des fondamentaux sur lesquels repose l’expérience humaine : ce que “moi” veut dire, l’infantilisme de la sexualité, notre rapport à la temporalité et à la mort, la présence d’un inconciliable, d’un inacceptable au cœur de la vie psychique de chacun, l’empire de la honte et de la culpabilité par-delà la morale ordinaire, l’inexorable violence individuelle et collective… » Tout un chacun serait ainsi bien plus redevable à Freud et à la psychanalyse qu’il n’en est conscient.

Une négativité qui cadre mal avec l’époque

Pourquoi cet héritage demeure-t-il alors méconnu, voire contesté, au point que la psychanalyse est apparue très en difficulté face aux attaques depuis le début du siècle ? Pour les psychanalystes, une part de la réponse tient au changement d’époque. « La psychanalyse est de plus en plus intempestive au temps des questions courtes, des réponses courtes et du bonheur en 20 leçons », estime Jacques André.

Pour lui, la ligne de démarcation entre la psychanalyse et l’ensemble des psychothérapies passe par « la négativité » que l’homme moderne ne veut guère entendre. « Avec la psychanalyse, on est du côté de la violence de la chose psychique, des conflits psychiques, de la folie privée. La psychanalyse dit : angoisse, détresse, ambivalence des sentiments, blessure narcissique, refoulement, clivage… Le développement personnel dit : estime de soi, force de caractère, comment s’aimer soi-même, réaliser ses aspirations, devenir ce que l’on est, positiver et bien sûr méditer… »

Le pessimisme foncier de Freud, postulant que l’individu porte une part importante d’inconnaissable, qu’il n’est ni transparent à lui-même, ni en accord avec lui-même, heurterait notre temps avide de transparence, d’efficacité et de positivité.

Si la psychanalyse a été délaissée, c’est aussi en raison de la position dominante et de surplomb que certains psychanalystes ont eu plaisir à occuper dans le dernier quart du XXe siècle. « Il y a une grande responsabilité des psychanalystes dans les attaques qu’ils ont subies », avance Anne Maupas, psychanalyste à Paris et coauteure du livre La psychanalyse est-elle mortelle ?(PUF). « Ils se sont positionnés comme ”sachants”, alors que le psychanalyste doit rester absolument modeste. »

« La psychanalyse n’est pas une spécialité de la médecine, elle ne propose pas de protocole thérapeutique », complète Pascal-Henri Keller, professeur honoraire en psychologie clinique à l’université de Poitiers. « Ce qui compte, c’est la parole du sujet et on ne peut pas entendre deux personnes de la même manière. On ne peut donc pas faire autrement que travailler au cas par cas, même si certains psychanalystes ont pu l’oublier… »

Un dialogue entre psychanalyse et neurosciences

Plus difficile demeure la question du statut de la psychanalyse, de sa place dans le soin des troubles psychiatriques et de son rapport aux neurosciences. La psychiatrie biologique, qui affirme que tous les troubles mentaux peuvent et doivent être compris comme des maladies du cerveau, a eu pour effet de marginaliser la psychanalyse, mais des voix se sont aussi élevées contre ce réductionnisme.

Un dialogue entre psychanalyse et neurosciences pourrait-il être fructueux ? Eric Kandel, prix Nobel de médecine en 2000, l’a promu, mais rare sont les neurobiologistes à s’y intéresser. « Pour les neurobiologistes en général, la psychanalyse n’est ni très sérieuse, ni très intéressante », décrit Pierre Magistretti, neurobiologiste et professeur honoraire en psychiatrie à l’université de Lausanne (Suisse), qui s’est attelé à ce dialogue avec le psychanalyste François Ansermet. « Cela suppose d’aller au-delà des idéologies de chacune des deux disciplines », précise-t-il, sans chercher à faire concorder des domaines qui demeurent « différents et incommensurables ».

Plusieurs pistes de recherche lui semblent intéressantes : « Premièrement, la plasticité synaptique, c’est-à-dire l’idée que le cerveau n’est pas un ordinateur figé une fois pour toutes et que l’expérience laisse des traces dans le réseau neuronal qui participent à la construction de la réalité intime consciente et inconsciente, laquelle peut être modifiée par d’autres expériences. Ensuite, la notion de pulsion. Enfin, l’existence d’une réalité interne inconsciente qui, de mon point de vue, détermine pour une très large part l’action du sujet. »

Un rapport à paraître en octobre

Les psychanalystes saisiront-ils la main tendue ? Certains croient à la possibilité d’un dialogue, en interne comme en externe. « Le temps est mûr pour mettre les concepts de la psychanalyse au travail et en débat, estime la psychanalyste Anne Maupas. Il en va de la vitalité de la psychanalyse. »

Signe des temps, l’adversité a déjà eu pour effet de rassembler une profession historiquement très divisée. En 2018, une trentaine de psychanalystes ont élaboré une étude sur les apports de la psychanalyse dans les champs de la santé mentale, de la jeunesse et de la culture. Soutenu par la quasi-totalité des associations psychanalytiques, ce rapport paraîtra en octobre (1). « Ce texte commun est une première. Il vise à éclairer les décideurs et le grand public sur les activités de la psychanalyse, explique Pascal-Henri Keller, corapporteur avec Patrick Landman. Nous ne cherchons pas à reprendre la main, mais à faire valoir le travail des psychanalystes, souvent mené dans la discrétion. »

(1) Ce que les psychanalystes apportent à la société, Erès.

Sur  le blog : 24 questions sur la psychanalyse  La psychanalyse est-elle un métier?   Avec le Covid-19, la psychanalyse fait sa révolution   La psychanalyse se réinvente (enfin) !  Choisir une orientation psychothérapeutique? Pour s'y retrouver dans la jungle! … ou ce "Psychanalyse toi la face": la chaine vidéo psy hilarante, humaine, touchante…

 

Premier séance chez le psy, mode d'emploi

Comment se construit dans le dialogue et l'échange ce premier rendez-vous, une vidéo très caustique mais rigoureuse d'un confrère…

 

Comment  rejoindre votre séance en ligne

Voilà une petite vidéo pour vous expliquer le plus simplement possible comment rejoindre votre séance psy via le logiciel gratuit Zoom  ( la séance est appelée sur Zoom réunion) ! N'hésitez pas à me  joindre via l'adresse mail ou le chat sur la droite de votre écran…

 
 

Contactez-moi

SDIM1194_edited_edited_edited_edited.png
 

Formulaire d'abonnement

Restez à jour

 
 

Mentions légales


Ma séance psy… en ligne


15 Allée du Gacet

Rennes  France

e-mail : guido@nousautres.net

Site internet : https://www.maseancepsy.com

Annuaire professionnel de référencement

 Numéro de Siret :39516162300040


 

©2020 par Mon analyse psy…. Créé avec Wix.com