Rechercher

“En thérapie avec les adolescents, je mise sur l’humour et la chaleur humaine” …

Mis à jour : févr. 7


L’adolescence est une étape sensible du développement de la personnalité dont les enjeux peuvent être déterminants pour l’avenir. Période sensible parce que l’adolescent est rendu vulnérable par les effets physiques et psychiques de la puberté qui sexualisent et conflictualisent les liens avec son entourage et plus particulièrement ses parents. Il est obligé de trouver de nouvelles distances relationnelles et perd le cocon de l’enfance et pour une part l’appui naturel qu’il pouvait chercher et trouver facilement auprès des adultes. Poussé ainsi à établir de nouvelles distances affectives et à cheminer vers plus d’autonomie, il est tout naturellement conduit à s’interroger sur la solidité de ses acquis et de ses capacités.

Mais ce qui fait la vulnérabilité de l’adolescent peut être aussi sa chance. Cette fragilisation apportée par la puberté le contraint au changement et l’ouvre à l’influence des autres avec ses risques, mais aussi ses avantages. La prise de distance du milieu familial peut aider à rompre l’enfermement d’une enfance difficile et offrir d’autres alternatives que la fatalité de la répétition.

C’est dire l’importance des rencontres et des réponses offertes par les adultes aux adolescents à cette période carrefour entre l’enfance et l’âge adulte, entre l’individu et sa famille, entre celle-ci et la société. Chacun des protagonistes a des effets de résonance sur les autres en une continuelle interaction. L’ouverture au tiers, aux médiations, à la différence vécue dans la complémentarité peuvent aider l’adolescent à sortir des confrontations mortifères où la différence ne peut se vivre que dans le conflit de pouvoir et l’exclusion.



"L’évolution de la société actuelle favorise la liberté et la réussite individuelles. Elle génère moins d’interdits mais sollicite plus l’adolescent au niveau de ses capacités, d’autant que les exigences de réussite se sont accrues, faisant d’autant plus ressortir les besoins de dépendance. Il n’apparaît pas étonnant dans ces conditions que les conduites addictives au sens large (toxicomanie, bien sûr, mais aussi anorexie/boulimie, achats pathologiques, kleptomanie, alcoolisme, tentatives de suicide à répétition…) deviennent un mode privilégié d’expression des difficultés des jeunes. Ces comportements interrogent particulièrement les adultes dans leurs capacités à préserver ce lien dont les adolescents on un besoin tel qu’ils ne peuvent le tolérer et le mettent sans cesse à l’épreuve. C’est aux adultes à chercher les aménagements de la relation qui rendent celle-ci tolérable et utilisable par les jeunes. La diversité de nos approches peut faciliter la réponse et être une richesse si elle ne se fait pas dans l’incohérence et s’appuie sur un minimum de compréhension commune des enjeux de cet âge." Philippe Jeammet


Samuel Dock (pour psychologies magazine) est psychologue et psychanalyste pour adolescents. Un public auprès duquel mettre en place le cadre classique de l'analyse peut se révéler difficile et compliqué. Sans en faire fi, le jeune thérapeute a choisi de miser sur l'humour pour détendre ses jeunes patients. Explications. 


La psychanalyse est-elle encore adaptée aux ados d’aujourd’hui ? Bien sûr puisqu’elle reste, à mon sens, la seule discipline capable d’accompagner l’être humain en souffrance dans sa narration singulière. Dans le cadre de mes séances en face-à-face avec les ados, je travaille d’ailleurs à partir des deux règles fixées par la psychanalyste Maud Mannoni : frustrer la pulsion et restaurer le narcissisme. Et tous reviennent chaque semaine… En quoi votre approche la renouvelle-t-elle ? Les ados demandent une présence forte. Pour la leur accorder, je mise notamment sur l’humour. Ça n’est pas forcément orthodoxe, mais avec eux, s’adapter est essentiel. En ce sens, c’est dans le contre-transfert que je tâche de renouveler l’analyse, en me montrant actif et chaleureux. Pourquoi certains parents se méfient-ils encore de la psychanalyse ? La première raison est consciente : parce qu’ils ont entendu parler du dogmatisme de certains membres de notre discipline. La seconde est inconsciente et vaut pour tout le monde : pas facile d’affronter ses blessures quand la société clame que seule la consommation permet de se sentir mieux…



Peut-être est-ce le moment de donner à votre enfant la liberté de parler librement, sans censure, ni contrainte, d'évacuer ce sentiment d'angoisse par la parole.

Grâce à la consultation en ligne, votre enfant évacue la peur de se rendre en cabinet "chez le docteur!" comme s'il souffrait d'une pathologie, d'un désordre psychologique grave. Le rendez-vous via internet, outil qu'il maîtrise parfaitement, lui donne la possibilité de plus aisément donner libre cours à ses pensées en toute discrétion, en bénéficiant d'une écoute bienveillante qui ne soit ni dans le jugement, ni dans les a priori.


Réservez une première séance de soutien en ligne:



L'approche, la méthodologie sur le site:

https://www.maseancepsy.com

lire également: "thérapie en ligne comment ça marche?" "Avec le Covid 19, la psychanalyse fait sa révolution"



378 vues0 commentaire